mercredi 13 juin 2012

Critique de : MW par Osamu Tezuka (manga)


Éditeur : Éditions Tonkam
Date de parution : 1976 pour la version originale en japonais
Genre : manga thriller noir (pour adultes)
 

Osamu Tezuka fut le père du manga moderne et un grand du dessin animé japonais. Son œuvre immense, diverse, profonde mérité d’être plus connue en dehors du Japon.

MW est l’histoire d’un tueur en série. Mais pas un banal déséquilibré. L’homme a en effet ses raisons. On ne dira pas qu’il en devient attachant, certes, mais on comprend peu à peu sa logique. On touche là le trait fondamental de l’œuvre de Tezuka : il ne fait jamais preuve de manichéisme, d’où la grande originalité et la grande subtilité de ses histoires.

Les dialogues sont percutants, le dessin expressif (les visages sont la spécialité de Tezuka, ainsi que le rendu du mouvement) et efficace, les rebondissements haletants. Surtout, la profondeur psychologique des personnages est stupéfiante.

Tezuka n’hésite pas à aborder certains tabous avec tact et naturel. Parce qu’ils ont vécu une épreuve ensemble dans leur jeunesse, le tueur et un homme devenu prêtre catholique (une originalité au Japon où les chrétiens sont rares) entretiennent une relation particulière. Le prêtre veut sauver l’âme en perdition du tueur, mais il a bien du mal à s’occuper du salut de la sienne : il entretient une relation homosexuelle culpabilisante mais régulière avec le jeune tueur diaboliquement manipulateur à la beauté troublante et qui possède le don de se travestir en femme. Encore plus osé : c’est le prêtre, quand il était un jeune homme laïc, qui a initié cette histoire d’amour hors-norme, alors que le futur tueur était encore enfant !

On notera au passage un thème récurrent de l’œuvre de Tezuka : sa fascination pour la métamorphose.

MW est un manga pour adultes marquant, un de ceux qui expliquent la passion des Japonais pour cet art aux confins entre littérature et dessin, cet art qui sera peut-être le plus représentatif des goûts du lecteur du XXIème siècle.




 

Vous aimerez peut-être :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire