mercredi 25 juillet 2012

Critique de Kick-Ass (bande dessinée)


Sous-titre : Le premier vrai super-héros
Scénario : Mark Millar
Dessinateur : John Romita, Jr
Éditeur : Panini Comics
Date de parution : 2010 pour la version originale en anglais
Genre : bande dessinée de super-héros pour adultes
 
Les comics américains classiques de super-héros sont très codifiés afin d’être lisibles par la jeunesse : pas de sang explicite, peu de morts, pas de langage ordurier ni de référence trop explicite à la drogue, etc. Les auteurs de Kick-Ass sont des habitués de ces comics tout public aseptisés : Spider-Man, Wofverine, Thor, Les quatre fantastiques, etc.

Cette fois, ils ont décidé de renouveler le genre : humour déjanté, violence extrême, trash, langage crû, etc. Le résultat est détonant.

C’est l’histoire d’un ado qui veut devenir un super-héros comme d’autres rêvent d’être une rock-star. Hélas, il n’a aucun super-pouvoir. Qu’à cela ne tienne, il enfile une combinaison de plongée, s’arme de deux matraques et part jouer les redresseurs de torts. La première fois, ça tourne très mal. Il se fait tabasser, frôle la mort et passe six mois à l’hosto puis à béquilles. Il jure qu’on ne l’y reprendra plus. Cependant, à son âge idéaliste, on est prêt à risquer sa vie pour des idées. Alors c’est reparti ! Cette fois, il dérouille grave, mais une qualité le sauve : sa pugnacité qui compense son physique de gringalet. Ses adversaires s’enfuient. Il est filmé par un passant et devient une star de Youtube puis des réseaux sociaux.

Il commence à avoir du succès auprès de la plus jolie fille de la classe qui le snobait, car il prend de l’assurance. Le souci c’est qu’elle le prend pour un homo… C’est ça la force de cette bande dessinée : les conventions sont piétinées, les rebondissements délirants. C’est presque un pastiche.

Dessin séduisant, humour fameux, histoire prenante : un cocktail très réussi, dans un genre où généralement le mièvre côtoie le pire.

Kick-Ass, ça veut dire botter le cul, casser la figure ou bien accomplir quelque chose d’extraordinaire. C’est ça.

Pour lecteurs assez avertis (16 ans).



 

Vous aimerez peut-être :

Sin City par Frank Miller : LE comics de super anti-héros.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire